Ce site utilise javascript pour fonctionner. Pour une expérience optimale, merci de bien vouloir l'activer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

HARKIS : Le général  Meyer,  Grand-croix de la Légion d’honneur
AA

HARKIS : Le général Meyer, Grand-croix de la Légion d’honneur

JO du 1er janvier 2021.

Le général de brigade François Meyer, l’un des rares officiers à être rentré d’Algérie avec ses harkis et leurs familles, vient d’être élevé, à 87 ans, à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction française.

A lire notre fiche de lecture sur son livre Pour l'honneur des Harkis

BIOGRAPHIE

Lieutenant au 23ème régiment de spahis durant la guerre d’Algérie, François Meyer organise le départ de 350 harkis à l’indépendance. ll les aide à s’installer en France, nouant de solides liens au fil des ans. À 82 ans, le général Meyer poursuit son combat pour leur reconnaissance.
 
Il est des hommes pour qui les termes honneur et parole donnée ont un sens. Si beaucoup l’ont oublié, d’autres nous le rappellent, non par de beaux discours, mais par des engagements pris tout au long de leur vie, dans la droite ligne des valeurs qu’ils défendent. Le général François Meyer est de ceux-là. Le « sauveur de harkis », comme le présente souvent la presse, n’est pas du genre à disserter sur les raisons de son engagement en faveur de ces anciens soldats musulmans de l’armée française qui ont combattu pendant la guerre d’Algérie. Pour expliquer sa conduite, il préfère citer Christophe Colomb : « Il est de tradition, chez les amiraux de Castille, de choisir la mort plutôt que d’abandonner un seul de ses hommes. »
 
Le général François Meyer, nommé le sauveur de harkis par la presse
Né en 1933, Francois Meyer grandit à Versailles. Son père est ingénieur et officier dans l’armée de l’Air. Marqué par la défaite de la France en 1940, le jeune homme décide de servir son pays. Sorti de Saint-Cyr en 1957, il choisit la cavalerie.
En novembre 1958, lieutenant au 23e régiment de spahis, il rejoint l’Oranie, dans le nord-ouest algérien. « J’ignorais quasiment tout des Français musulmans, comme on les appelait alors, lorsque j’ai pris mon commandement auprès de ces hommes, supplétifs, engagés ou appelés. » À cette époque, le discours officiel est clair. « L’Algérie est organiquement française aujourd’hui et pour toujours », clame le général de Gaulle qui lance aux musulmans : « Venez à la France, elle ne vous trahira pas ! »
Au contact de ses hommes, le lieutenant Meyer découvre la richesse d’une culture, la dignité d’un peuple. Il apprend l’arabe et se familiarise avec les coutumes locales.
 
« rester avec eux quel que soit le dénouement de la lutte »
 
En dépit des déclarations publiques, il doute de l’issue du conflit : la libre autodétermination et la victoire annoncée du Front de libération nationale (FLN) apparaissent chaque jour plus probables. Les harkis, qui ont choisi la France par fidélité ou refus des exactions sanglantes du FLN, se sentent floués. Le lieutenant Meyer leur fait la promesse de « rester avec eux quel que soit le dénouement de la lutte ».
En mars 1962, les accords d’Évian sont signés, l’Algérie devient indépendante. Pour autant, la fin de la guerre ne signifie pas l’arrêt des violences. La France, qui avait promis de garantir la sécurité de ces hommes qui l’avaient servie, les abandonne à la vengeance du FLN. Alors que l’armée française plie bagages, le lieutenant Meyer refuse de laisser ses hommes. Leur mise à l’abri est inefficace ; leur transfert vers la France lent. On les encourage à rester au pays. Il parvient à organiser deux convois, en juin et en juillet 1962. Ainsi, près de 350 personnes échappent à une mort certaine quand, durant l'été, de 60 000 à 80 000 harkis sont massacrés.
 
Si les protégés du lieutenant Meyer sont en sécurité dans des camps du Larzac et de Sissonne, quid de leur avenir dans l’Hexagone ? « Le général de Gaulle avait annoncé que la France les protégerait et les établirait. Je devais également tenir cette promesse. »
Chaque week-end, il parcourt le sud de la France à la recherche de villages où pourraient prendre corps des projets d’insertion. C’est en Lozère qu’il les trouve. Une chaîne de solidarité se met en place. Les harkis se lancent dans l’exploitation agricole du plateau du Roure et commencent leur intégration.
Les liens tissés ne se distendent pas. Tandis qu’il poursuit sa carrière militaire en France et en Allemagne, François Meyer continue à rendre visite à ses anciens compagnons d’armes, leur apportant aide et conseils. Il les défend dans la presse, au cours de conférences, écrit un livre intitulé Pour l’honneur… avec les harkis et lutte aujourd’hui encore pour la reconnaissance du bien-fondé de leur engagement pendant la guerre d’Algérie.
Oui, le général Meyer sait ce que veulent dire honneur et parole donnée.
 
Ministère des Armées
Défenseur des harkis (defense.gouv.fr)

A lire la page dédiée sur le site  des Harkis de Dordogne

Restez informés !

Souscrivez à notre newsletter, et recevez nos dernières nouvelles
directement dans votre boîte mail.

Restons connectés !

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives