Fonds documentaires Lectures Décolonisation en Algérie, une expérience de vie

Décolonisation en Algérie, une expérience de vie

 

Henri Michel-Hauradou

Décolonisation en Algérie, une expérience de vie

L’Harmattan, 2018

 


Résumé :

Le livre Décolonisation en Algérie, une expérience de vie, n’a pas pour objet, comme nous le dit l’auteur dans son avant-propos, de « décrire les actes de guerre, ni de commenter le grave problème de la « question » qui s’est posé au cours de ce conflit » mais plutôt de relater, à partir de sa propre histoire, ce que fut la vie de ces jeunes appelés du contingent dans le secteur d’implantation du 6e régiment de chasseur d’Afrique entre 1959 et 1968.

Le livre est divisé en trois parties correspondant chacune à une affectation différente de l’auteur en Algérie. La première qui se déroule sur la période 1959-1960, évoque la prise de contact avec l’Algérie profonde, celle des Fellahs, ces paysans cultivateurs et éleveurs vivant à l’écart des zones prospères de la colonisation dans les régions montagneuses du Dahra et de L’Ouarsenis oranais. Un zoom y est aussi fait sur la vie de camp ; exercices de tir, entretient du matériel ainsi que les quelques (rares) distractions ; entre deux opérations d’ouverture de piste et de bouclage de zone. La deuxième partie est consacrée à un séjour effectué par l’auteur en tant qu’enseignant de l’Education nationale, quelques mois après son service militaire, dans la ville de Relizane de 1960 à 1961. Logeant chez une famille française d’Algérie, il sera un observateur privilégié de l’évolution des mentalités qui eut lieu au sein des populations européennes d’Algérie, entre l’incertitude et l’inquiétude engendrée par le discours sur l’autodétermination de septembre 1959 et le regain d’espoir provoqué par la tentative de putsch en avril 1961. Enfin la troisième et dernière partie se déroule à Alger dans les cinq premières années de l’indépendance. L’auteur y séjourne encore une fois en tant qu’enseignant mais cette fois-ci dans le cadre de la Coopération culturelle avec la jeune République algérienne.

Ce livre permet donc de « comprendre comment au fond, en contexte de guerre, la coopération entre deux peuples était là en creux pour une catégorie d’hommes ouvert sur la paix et sur l’avenir. ». Cela nous donne un roman historique, avec beaucoup d’anecdotes et quelques photographies. Un témoignage réaliste que les lecteurs apprécieront d’autant que sa lecture est particulièrement aisée et agréable.

Antoine Le Louët - 2018

 

banniere.jpg