Ce site utilise javascript pour fonctionner. Pour une expérience optimale, merci de bien vouloir l'activer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

La guerre du Rif. Un conflit colonial oublié, Maroc, 1925-1926
AA

La guerre du Rif. Un conflit colonial oublié, Maroc, 1925-1926

De Max Schiavon, Editions Pierre de Taillac, 2016

Premier avis :

Disons-le tout net : voici un livre qui, en dépit de quelques réserves sur lesquelles nous reviendrons doit impérativement être connu de tous les amateurs de la période, ne serait-ce que parce qu'il est le premier depuis fort longtemps à présenter l'ensemble des données militaires sur cette campagne du Rif, qui n'est plus effectivement connue que de quelques spécialistes.

En dehors de quelques articles traitant ponctuellement des aspects politiques au sens large, politico-militaires, voire d'unités ou d'armes particulières (aviation, légion, etc.), la bibliographie récente en français est en effet particulièrement limitée sur le sujet. Il est donc heureux que Max Schiavon nous propose ce volume, d'autant plus qu'il s'appuie sur un large corpus de documents et d'archives, en particulier des fonds privés et familiaux. On apprécie également les nombreuses annexes qui terminent le volume et qui fournissent des données précises extrêmement utiles sur l'évolution des forces. Le récit des événements sur le terrain est rédigé avec soin et les différentes phases de la campagne sont bien séquencées, décrites dans le détail en s'appuyant toujours sur de solides références. En un mot, tous les lecteurs en apprendront beaucoup sur la guerre du Rif et la longue bibliographie finale permettre à chacun d'aller plus loin encore s'il le souhaite.

On peut toutefois regretter qu'au-delà du discours descriptif le propos soit peu problématisé dès que l'on quitte le strict terrain des opérations militaires. Le remplacement de Lyautey par Pétain en constitue un bon exemple. Finalement, les deux maréchaux, nous est-il dit, s'estiment et s'apprécient et il ne s'agit que d'une différence de méthode. Pour un peu, il n'y aurait pas l'ombre d'un nuage entre eux. De nombreuses et longues citations parfaitement référencées abondent en ce sens et l'on constate qu'elles émanent très fréquemment de fonds constitués par les généraux (ou futurs généraux) longtemps proches de Pétain durant l'entre-deux-guerres, voire au-delà comme le général Laure, ou d'historiens qui lui sont plutôt favorables. Il y a donc, pour les questions "piquantes" en suspens, un angle d'approche qui permet de conclure que "les relations entre les deux hommes sont bonnes". Présenter ici une citation extraite de l'oraison funèbre que Pétain prononce officiellement aux obsèques de Lyautey en 1934 est un peu court. De même pour les questions politico-militaires, sur la baisse régulière des effectifs jusqu'au début du printemps 1925, puis leur rapide remontée en puissance à partir du mois de mai et surtout de l'été.

Un livre absolument indispensable pour connaître parfaitement le déroulement des événements militaires, et que l'on complètera par d'autres sources pour creuser les points plus litigieux.

Remy Porte
Membre du CS
FM-GACMT (Avril 2016)

Second regard :

La guerre méconnue

L’imposante place occupée dans la mémoire collective par la guerre d’Indochine et surtout par la guerre d’Algérie a entraîné l’occultation d’un autre conflit colonial dans lequel la France a été entraîné bien avant les années 1940–50, à savoir la guerre du Rif (1925–1926). On ne peut donc que lire avec grand intérêt l’étude précise, détaillée et écrite à l’aide d’archives très riches que Max Schiavon publie.

Aucune des dimensions du conflit n’est occultée : les questions stratégiques et même tactiques bien sûr prépondérantes, mais aussi politiques (les pressions gouvernementales jouent un rôle capital dans toute cette histoire), culturelles, humaines (le récit est émaillé de très intéressants portraits des protagonistes, depuis les chefs militaires français jusqu’à Abd el Krim). Cela dit, le cœur du livre se situe dans les deux conceptions à propos de la nature du conflit à mener qui oppose Lyautey à Pétain. Car cette partie de la carrière du vainqueur de Verdun est très peu connu, et tous ceux qui s’intéressent à cette période et à ce personnage trouveront de riches éléments de compréhension.

En effet, Max Schiavon décrit deux chefs militaires fidèles à eux-mêmes et à leurs concep¬tions en matière coloniale et militaire, Lyautey accordant une importance cruciale au temps et aux aspects politiques de la lutte, là où Paris veut une victoire nette et rapide. D’où une préfé¬rence pour Pétain qui avec méthode et puissance de feu, reconquiert les terrains perdus et apporte la victoire demandée.

Cette guerre en fait en annonce d’autres, plus cruelles et difficiles encore. Elle illustre l’illusion d’une puissance française sur ses colonies, en réalité bien fragile après la Grande Guerre et les obligations de la paix dans l’Europe des années 1920. Le livre de Max Schiavon constitue donc une pierre à l’édifice de compréhension de cette époque cruciale.

Frédéric le Moal (site Le Litteraire.com)

Pour un troisième avis :

A lire aussi la critique de Guillaume Lévêque sur le site clionautes.org

 

 

Broché : 352 pages

Editeur : PIERRE DE TAILLAC EDITIONS (19 février 2016)

Collection : SANS COLLECTION

Langue : Français

ISBN-10 : 2364450683

ISBN-13 : 978-2364450684

Restez informés !

Souscrivez à notre newsletter, et recevez nos dernières nouvelles
directement dans votre boîte mail.

Restons connectés !

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives