Ce site utilise javascript pour fonctionner. Pour une expérience optimale, merci de bien vouloir l'activer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Fennec

Découvrez notre base de ressources documentaires. Fennec vous offre l’opportunité de rechercher dans une base de donnée complète des informations exhaustives relatives à la Guerre d’Algérie, aux combats du Maroc et de Tunisie.

Livre

9 Résultat

icône type de contenu
Livre

10 juin 1960 La paix sabordée, De Gaulle et l'Algérie

  • Pujante, Guy

Note de l'éditeur :

Le 10 Juin 1960, à 22 heures, De Gaulle reçoit secrètement à l'Elysée le colonel Si Salah, chef de la wilaya 4...

Note de l'éditeur :

Le 10 Juin 1960, à 22 heures, De Gaulle reçoit secrètement à l'Elysée le colonel Si Salah, chef de la wilaya 4 de l'Armée de Libération Nationale (ALN), accompagné de ses deux ad-joints, les commandants Si Mohammed et Si Lakhdar. Ces hommes, en rébellion contre la France, représentent plus de 50 % du potentiel de l'ALN de l'Intérieur ; proportion confirmée par les études du 2' Bureau français. Vaincus militairement, coupés de leurs bases par l'étanchéité des barrages aux frontières, abandonnés par l'Extérieur et n'ayant d'autre possibilité que de se terrer, ils viennent proposer un cessez-le-feu en Algérie, dont les clauses, débattues secrètement pendant des mois avec deux émissaires français représentant l'Elysée et Matignon, s'apparentent à une capitulation sans condition. Le cessez-le-feu est pratiquement là et la paix toute proche. Quatre jours plus tard, à l'occasion d'une nouvelle allocution, De Gaulle s'adresse aux dirigeants de l'Extérieur -la branche politique en exil - et les invite à une rencontre en France " pour trouver avec eux une fin honorable aux combats qui se traînent." Cette invitation inopportune, dont l'urgence ne s'imposait pas compte tenu des tractations en cours, va saborder cette paix qui se profilait, retardant de deux années la fin du conflit avec ses conséquences désastreuses. 154 188 morts et 21 773 blessés auraient pu être épargnés, ainsi qu'une suite d'événements aussi tragiques les uns que les autres ; le putsch des généraux ; la naissance et l'intervention de l'OAS ; l'affrontement entre civils et militaires à Bab-el-oued ; la fusillade de civils par l'armée le 26 mars 1962, rue d'Isly à Alger ; le pogrom du 5 juillet 1962 à Oran ; la tragédie des disparus ; le génocide des harkis et des musulmans fidèles à la France ; l'humiliant et traumatisant exode d'un million de Pieds Noirs... Cette paix à portée de main permettait d'autres solutions; partition ou autonomie interne dans un cadre fédéral avec, à moyen terme, une indépendance éventuelle, et la possibilité pour les Algériens d'échapper à la dictature militaire qui sévit encore de nos jours, responsable de la radicalisation intégriste. L'Algérie, en étroite coopération avec la France, aurait pu devenir une nation démocratique où les Pieds Noirs auraient eu toute leur place.

Date : 2009

Lieu : France, Coulommiers

Editeur : Editions Dualpha

Langue : Français

Pages : 394

ISBN : 9782353741243

Cote : P(9)PUJ[Paix]

AlgérieConférencesGUERRE
icône type de contenu
Livre

La guerre d'Algérie

  • Miquel, Pierre

Note de l'éditeur :

La guerre d'Algérie est une des crises majeures de la société française contemporaine.

Ce long conflit (de 1954 à 1962) concerna...

Note de l'éditeur :

La guerre d'Algérie est une des crises majeures de la société française contemporaine.

Ce long conflit (de 1954 à 1962) concerna deux millions sept cent mille jeunes Français, dont cent mille ont été tués, blessés ou sont disparus. Elle s'est terminée par l'exode d'un million de pieds-noirs, souvent victimes civiles de la guerre, qui ont laissé sur place les corps de leurs parents morts dans les attentats. La France n'avait pas éprouvé ce genre d'exode depuis la perte de l'Alsace et de la Lorraine en 1870. Les blessures infligées par la guerre en Algérie ont été considérables: des centaines de milliers d'Algériens sont morts au combat ou des suites pernicieuses de la guerre. Plus de deux millions ont dû abandonner leurs douars et leurs mechtas pour vivre dans des camps de regroupement, retrouvant ensuite leurs villages incendiés, leurs terres en friche, leurs forêts saccagées, leurs enfants morts.

Mais l'histoire de ce conflit n'est pas seulement l'histoire de l'affrontement de deux communautés qui avaient grandi ensemble. Cette guerre est à l'origine de la plus formidable bataille d'opinion qu'a connue la France d'après-guerre. Elle est responsable d'un changement de République. Elle a mis en péril le contrat de confiance entre l'armée et la nation.

L'ouverture des archives militaires, trente ans après le drame, a permis à Pierre Miquel, l'auteur de La Grande Guerre, de découvrir des aspects inconnus du conflit, notamment l'évolution des mentalités militaires et les prises de conscience successives de ceux que le pouvoir politique avait chargés de définir seuls, sur le terrain, une politique française en Algérie. Ce livre cherche à décrire, sans colère et sans haine, avec des moyens nouveaux d'investigation, les phases d'un conflit qui a laissé des traces très profondes dans la génération des années cinquante et soixante.

Date : 1993

Lieu : France

Editeur : Fayard

Langue : Français

Pages : 540

ISBN : 2-213-03131-2

Cote : H(9)MIQ[Guer]

AlgérieGUERRE
icône type de contenu
Livre

Oran : 5 juillet 1962

  • ZELLER, Guillaume
5 juillet 1962 : l'Algérie est officiellement indépendante. Mais à Oran, la liesse et les défilés de voitures chargés de musulmans vont se transformer en...
5 juillet 1962 : l'Algérie est officiellement indépendante. Mais à Oran, la liesse et les défilés de voitures chargés de musulmans vont se transformer en un véritable massacre. Il suffira d'un coup de feu, encore sujet à polémiques (a-t-il été tiré par l'OAS ou par le FLN ?), pour que la chasse aux pieds-noirs s'ouvre dans toute la ville. On égorge, on tue au revolver ou à la mitraillette, on pénètre dans les magasins et les appartements. Ce massacre fera plusieurs centaines de morts et de disparus chez les civils européens, le bilan reste inconnu chez les musulmans. Après huit années de conflit, d'attentats, de tueries et de pressions psychologiques intenses menées par l'OAS, l'heure est venue de la vengeance. Ceux qui ne meurent pas lynchés sont conduits dans des centres d'exécutions de masse. Les 18 000 soldats français, cantonnés dans la ville, attendront de longues heures avant de recevoir enfin l'ordre d'intervenir. Lorsqu'ils sortent enfin de leurs casernes, les cadavres jonchent la ville... Le massacre du 5 juillet aurait fait près de 700 victimes, dont plusieurs centaines de disparus qui n'ont jamais été recherchés. Aujourd'hui, leurs familles n'espèrent plus mais souffrent toujours. 50 ans après ce drame, Guillaume Zeller livre enfin le récit inédit, impartial et précis des événements, en s'appuyant sur des témoignages exclusifs de survivants, de leurs familles, de témoins, et sur des archives inédites, en particulier celles de l'ambassade de France en Algérie. Il révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie méconnue.

Date : 2012

Lieu : Paris

Editeur : Editions Tallandier

Langue : Français

Pages : 1

ISBN : 978-2-84734-899-6

Cote : H(9)ZEL[Oran]

AlgérieIndépendanceOran
icône type de contenu
Livre

La guerre du Rif. Un conflit colonial oublié Maroc (1925-1926)

  • SCHIAVON, Max
Qu'évoque aujourd'hui la guerre du Rif ? Combien de personnes connaissent même son existence et savent qu'elle fut le plus grand conflit colonial mené par...
Qu'évoque aujourd'hui la guerre du Rif ? Combien de personnes connaissent même son existence et savent qu'elle fut le plus grand conflit colonial mené par la France ?À l'automne 1925, 150 000 soldats affrontent plusieurs dizaines de milliers de Rifains insurgés. Abd el Krim est parvenu à fédérer de nombreuses tribus qui ont attaqué par surprise les postes français. Pendant quatre mois les troupes font face à la déferlante rifaine, sont à deux doigts d'être battues, mais parviennent finalement à contenir les dissidents au prix de lourdes pertes (plus de 4 000 tués, blessés et disparus). Le Gouvernement, qui a tardé à comprendre la situation, accepte enfin d'envoyer des renforts conséquents, dont il confie le commandement au maréchal Pétain. La situation militaire se stabilise à l'automne, mais il faut attendre le printemps 1926 pour qu'avec des moyens très importants, l'insurrection soit définitivement vaincue. Si elle s'achève par une victoire française, la guerre du Rif devient emblématique pour tous les mouvements de résistance à la colonisation. Lyautey a-t-il bien évalué la menace ? Pourquoi Abd el Krim n'a-t-il pas exploité ses premiers succès qui mettaient en péril tout le Protectorat ? Les renforts acheminés n'étaient-ils pas démesurés compte tenu de la menace ? Pétain a-t-il cherché à supplanter Lyautey ? La tactique employée fut-elle adaptée ? C'est à toutes ces questions et à beaucoup d'autres que répond cet ouvrage, grâce notamment à la découverte d'archives inédites exceptionnelles. Biographie de l'auteur Max Schiavon, docteur en histoire, a dirigé la recherche du Service historique de la Défense. Spécialiste de l'histoire militaire contemporaine, il a publié récemment Le front d'Orient 1915-1918 (Tallandier), Le général Salan, défenseur de l'Empire (ETAI) ainsi que Le Général Vauthier et Les Combats héroïques du capitaine Manhès aux Éditions Pierre de Taillac.

Date : 2016

Lieu : Villiers-sur-Mer

Editeur : Editions Pierre de Taillac

Langue : Français

Pages : 300

ISBN : 978-2-36445-068-4

Notes : Préface de Georges-Henri Soutou

Cote : H(10)SCH[Rif]

http://www.fm-gacmt.org/fondation-algerie-maroc-tunisie/informatheque/critiques-litteraires/237-la-guerre-du-rif-un-conflit-colonial-oublie-maroc-1925-1926.html
icône type de contenu
Livre

La Triade Nostalgique, Stele, Mur, Musee de Perpignan

  • HILLEL, Roger
Ce livre raconte comment Perpignan est devenue la capitale des nostalgiques de l Algérie française (les nostalgériques) : 2003, stèle OAS ; 2007, mur des...
Ce livre raconte comment Perpignan est devenue la capitale des nostalgiques de l Algérie française (les nostalgériques) : 2003, stèle OAS ; 2007, mur des Français d Algérie disparus ; 2012, « centre de documentation des Français d Algérie ». Rien de cela n aurait été possible sans le soutien partisan de la mairie de Perpignan au lobby pied-noir du Cercle Algérianiste. Roger Hillel s est lui-même impliqué pendant dix ans dans un collectif qui s est battu en vain contre cette triade incongrue et la falsification de l histoire franco-algérienne. Au-delà de la narration des péripéties de ce combat, l auteur s attarde sur une des plus stimulantes expériences de sa longue vie militante : la découverte de l existence de pieds-noirs progressistes. Ainsi, reconnaît-il que sans eux, il n aurait jamais pris conscience du traumatisme subi par les pieds-noirs du fait de leur exode de 1962. Il montre aussi comment au cours de son long cheminement, il a acquis la certitude de l inanité de « la guerre des mémoires » et que pour y échapper, le recours aux travaux des historiens qualifiés était un passage obligé.

Date : 2015

Lieu : Céret

Editeur : Alter Ego

Langue : Français

Pages : 224

ISBN : 978-2-915528-50-3

Notes : Préface d'Eric Savarese

Cote : SPE(9)HIL[Tria]

MémoireNostalgie

Restez informés !

Souscrivez à notre newsletter, et recevez nos dernières nouvelles
directement dans votre boîte mail.

Restons connectés !

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives