Ce site utilise javascript pour fonctionner. Pour une expérience optimale, merci de bien vouloir l'activer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Fennec

Découvrez notre base de ressources documentaires. Fennec vous offre l’opportunité de rechercher dans une base de donnée complète des informations exhaustives relatives à la Guerre d’Algérie, aux combats du Maroc et de Tunisie.

Votre recherche OAS retourne 155 résultats

trier par média
  • Livre (29 résultats)
  • Thèse (10 résultats)
  • Presse (13 résultats)
  • Vidéo (100 résultats)
  • Photo (3 résultats)

Livre

29 Résultats

icône type de contenu
Livre

Soleil brûlant en Algérie

  • NOCQ, Gaétan

Note de l'éditeur :

De Cherchell, sur la côte ouest algérienne, à Paris en passant par Alger, Gaétan Nocq raconte l'histoire du soldat Alexandre Tikhomiroff dit...

Note de l'éditeur :

De Cherchell, sur la côte ouest algérienne, à Paris en passant par Alger, Gaétan Nocq raconte l'histoire du soldat Alexandre Tikhomiroff dit Tiko ou Alex, mobilisé en 1956 pour la guerre d'Algérie. C'est une guerre racontée à travers le prisme de la petite histoire, celle d'un appelé. Il interroge les doutes et la sensibilité du simple soldat Tiko pris dans le mouvement d'une guerre qui ne veut pas dire son nom. Le lecteur est transporté dans une dramatique épopée, rythmée par des événements qui nous plongent dans les montagnes d'Algérie puis au coeur de Paris. Il raconte aussi le retour à la vie civile et l'engagement d'Alex dans un Paris déchiré et menacé par les attentats de l'OAS.

Date : 2016

Lieu : France

Langue : Français

Pages : 240

ISBN : 978-2-84953-260-7

Cote : BD(9)NOC[Sole]

AlgérieappeléArmée françaiseGUERRE
icône type de contenu
Livre

10 juin 1960 La paix sabordée, De Gaulle et l'Algérie

  • Pujante, Guy

Note de l'éditeur :

Le 10 Juin 1960, à 22 heures, De Gaulle reçoit secrètement à l'Elysée le colonel Si Salah, chef de la wilaya 4...

Note de l'éditeur :

Le 10 Juin 1960, à 22 heures, De Gaulle reçoit secrètement à l'Elysée le colonel Si Salah, chef de la wilaya 4 de l'Armée de Libération Nationale (ALN), accompagné de ses deux ad-joints, les commandants Si Mohammed et Si Lakhdar. Ces hommes, en rébellion contre la France, représentent plus de 50 % du potentiel de l'ALN de l'Intérieur ; proportion confirmée par les études du 2' Bureau français. Vaincus militairement, coupés de leurs bases par l'étanchéité des barrages aux frontières, abandonnés par l'Extérieur et n'ayant d'autre possibilité que de se terrer, ils viennent proposer un cessez-le-feu en Algérie, dont les clauses, débattues secrètement pendant des mois avec deux émissaires français représentant l'Elysée et Matignon, s'apparentent à une capitulation sans condition. Le cessez-le-feu est pratiquement là et la paix toute proche. Quatre jours plus tard, à l'occasion d'une nouvelle allocution, De Gaulle s'adresse aux dirigeants de l'Extérieur -la branche politique en exil - et les invite à une rencontre en France " pour trouver avec eux une fin honorable aux combats qui se traînent." Cette invitation inopportune, dont l'urgence ne s'imposait pas compte tenu des tractations en cours, va saborder cette paix qui se profilait, retardant de deux années la fin du conflit avec ses conséquences désastreuses. 154 188 morts et 21 773 blessés auraient pu être épargnés, ainsi qu'une suite d'événements aussi tragiques les uns que les autres ; le putsch des généraux ; la naissance et l'intervention de l'OAS ; l'affrontement entre civils et militaires à Bab-el-oued ; la fusillade de civils par l'armée le 26 mars 1962, rue d'Isly à Alger ; le pogrom du 5 juillet 1962 à Oran ; la tragédie des disparus ; le génocide des harkis et des musulmans fidèles à la France ; l'humiliant et traumatisant exode d'un million de Pieds Noirs... Cette paix à portée de main permettait d'autres solutions; partition ou autonomie interne dans un cadre fédéral avec, à moyen terme, une indépendance éventuelle, et la possibilité pour les Algériens d'échapper à la dictature militaire qui sévit encore de nos jours, responsable de la radicalisation intégriste. L'Algérie, en étroite coopération avec la France, aurait pu devenir une nation démocratique où les Pieds Noirs auraient eu toute leur place.

Date : 2009

Lieu : France, Coulommiers

Editeur : Editions Dualpha

Langue : Français

Pages : 394

ISBN : 9782353741243

Cote : P(9)PUJ[Paix]

AlgérieConférencesGUERRE
icône type de contenu
Livre

Voyage au coeur de l'OAS

  • Dard, Olivier

Note de l'éditeur :

Grâce à des archives inédites contenant les échanges de courriers et de nombreux rapports émanant de l'OAS, les copies de correspondances entre...

Note de l'éditeur :

Grâce à des archives inédites contenant les échanges de courriers et de nombreux rapports émanant de l'OAS, les copies de correspondances entre la délégation générale, l’Élysée et les préfets, ce livre permet enfin de retracer, sans légendes ni reconstitutions, et au quotidien, la vie de cette organisation clandestine et terroriste.

Pour la première fois, il est donc possible de répondre clairement à des questions fondamentales telles que : qui commande l'OAS ? Est-elle une organisation fasciste ? Comment est-elle financée ? Comment s'organise sa propagande (tracts, émissions pirates) ? Quels sont ses moyens de lutte (commandos, maquis) ? Quelles sont ses méthodes et leurs résultats (assassinats, attentats, etc.) ? Quel est son poids dans l'opinion ?

L'ouvrage s'attache aussi à remettre en perspective la situation de l'OAS alors que la guerre d'Algérie s'achève. Le face-à-face entre l'OAS et l’État est saisissant. Les archives éclairent en particulier, sur fond de négociation des accords d'Evian, le choix et la mise en œuvre de la politique de la " terre brûlée " tout comme les réactions des autorités civiles et militaires qui ploient devant la force d'une OAS qu'elles n'ont jamais (de leur aveu même) réussi à infiltrer. Du côté musulman, l'OAS cherche des relais, en particulier du côté du MNA et du FLN, avec lequel elle signe l'" accord " du printemps 1962. L'OAS ne s'est jamais remise de son échec en Algérie. Son effondrement là-bas ne signifie pas sa disparition immédiate et l'ouvrage s'emploie à en retracer les postérités, de l'attentat du Petit-Clamart à la montée du Front national (dont certains responsables sont issus de ses rangs) en passant par l'amnistie des généraux putschistes par François Mitterrand. 

Date : 2005

Lieu : France

Editeur : Perrin

Langue : Français

Pages : 430

ISBN : 2-262-01154-0

Cote : H(6)DAR[Voya]

AlgérieOAS
icône type de contenu
Livre

Tlemcen, journal d'un Appelé en Algérie

  • Souquet Jean-René

Note de l'éditeur :

TLEMCEN  est un récit où s’entremêlent faits vécus et événements fictionnels. C’est à la fois une œuvre qui porte témoignage de ma...

Note de l'éditeur :

TLEMCEN  est un récit où s’entremêlent faits vécus et événements fictionnels. C’est à la fois une œuvre qui porte témoignage de ma vie d’appelé, durant la guerre d’Algérie, et un récit où les péripéties ajoutées enrichissent un quotidien souvent peu romanesque. L’auteur est donc un des acteurs de cette fiction. Le pari étant que le lecteur, saura démêler sa propre voix, de celle des autres personnages. L’intrigue essaie d’introduire une tension dramatique s’intégrant à celle propre au déroulé des événements historiques. On s’achemine vers les accords d’Evian, les français ont voté « oui » au référendum d’autodétermination. Les Pieds-noirs ne se font guère d’illusions, ils soutiennent l’OAS qui se bat pour une Algérie Française. Putsch des généraux, affaire de Bizerte, attentats OAS, FLN, actions des Barbouzes, les Appelés subissent et réagissent à tous ces événements, auxquels ils participent ou suivent sur leurs Transistors. Histoire vécue, histoire fictionnelle, histoire officielle et collective, s’entrecroisent dans cette autofiction. Tlemcen est le tableau, vu à travers le filtre d’un jeune français, arraché à son milieu familial, d’une période trouble et agitée de l’Histoire de France. Il relate une étape de la vie de l’auteur et la fin de vie de l’Algérie Française !

Notre avis :

Dans cet ouvrage nous suivons le parcours de Claude Souquet, l’auteur, durant sa mobilisation au sein du commandement des transmissions de l’armée française, ou plus communément appelé « Comtrans », près de la ville de Tlemcen entre février 1961 et février 1962.  L’auteur nous y raconte son quotidien ponctué entre les patrouilles dans les rues de Tlemcen, le travail de secrétaire, le rétablissement des lignes de communication après les raids des troupes du FLN et les moments de partage et de discussion avec ces camarades du Comtrans.

Il réussit à mêler l’autobiographie et la fiction à son récit donnant un aspect plus romanesque, donc plus accessible à tous. On passe des anecdotes, tels que la perte de sa bague de marié, à des situations proches du roman, comme lorsque celui-ci aide un agent de la sécurité militaire à s’infiltrer dans sa compagnie pour surveiller les actions d’un de ces compagnons de chambre.

L’auteur ne fait pas qu’uniquement raconter sa propre expérience mais nous montre également les répercussions de l’Histoire sur les histoires de chacun de ces camarades et connaissances. En effet, chacun des personnages,  ici développé, a sa propre vision des évènements se produisant durant cette dernière année de la guerre, voyant le putsch des généraux puis l’émergence de l’OAS, les négociations d’Evian et l’intensification des attentats, tant par les partisans de l’OAS que du FLN. Par exemple, l’un de ses camarades est un Algérien autochtone tiraillé entre son appartenance à la France et son identité algérienne, un autre est un Français d'Algérie qui risque de perdre tout ce qu’il possède si l'Algérie obtient son indépendance et se rallie peu à peu à la cause de l’OAS….

En somme, il nous présente de manière réaliste l’état de pensé ed’un homme obligé de laisser sa fiancée et sa famille pour partir combattre pour une cause bien loin de ses préoccupations et pensant avant tout au moment où il pourra rentrer chez lui. Mais, finissant par s’attacher à cette terre et aux populations, espère un retour au calme et à la possibilité d’une réconciliation plutôt qu’à celle de la séparation.

Le récit se finit sur une note amère résumant l’issue de ce conflit : « Au final, au nom des intérêts supérieurs de la nation, la République a abandonné certains de ses enfants. »

Antoine Blaser, juin 2018

Date : 2018

Lieu : France

Langue : Français

Pages : 170

ISBN : 978-2-36832-497-4

Cote : M(9)SOU[Tlem]

appeléArmée françaiseTémoignageTlemcen
icône type de contenu
Livre

Les feux du desespoir

  • Yves COURRIERE
Les feux du désespoir racontent les événements tragiques qui agitèrent les années 1960 à 1962. Yves Courrière, apporte, dans ce nouveau volume, mille révélations sur...
Les feux du désespoir racontent les événements tragiques qui agitèrent les années 1960 à 1962. Yves Courrière, apporte, dans ce nouveau volume, mille révélations sur les secrets de cette guerre d'Algérie: putsch des généraux, les barbouzes, les négociations secrètes des Rousses, l'arrestation de Salan, la lutte contre l'OAS.

Date : 1971

Lieu : Paris

Editeur : Fayard

Langue : française

Pages : 791

Edition : livre de poche

ISBN : 2-253-00092-2

Cote : H(9)COU[Feux]

Restez informés !

Souscrivez à notre newsletter, et recevez nos dernières nouvelles
directement dans votre boîte mail.

Restons connectés !

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives